Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel beau métier, professeur !

Quel beau métier, professeur !

La face cachée du beau métier d'enseignant, en direct live d'un collège niçois. Plongée sans concession dans le monde merveilleux du collège inique (ta mère).


Numérique ta mère - 10 -

Publié par Bob Leprof sur 6 Octobre 2016, 17:00pm

(Le numérique à l'école : chronique d'une catastrophe annoncée)

Épisode précédent

Numérique ta mère - 10 -

10 secondes de pédagogie mon cul

Parmi les pratiques extérieures qu'affectionnent tout particulièrement nos ados désœuvrés, pratiques que l’Éducation nationale se propose d'accompagner, il y a notamment celle de Snapchat. Roulement de tambour.

Snapchat, contrairement à ce que les débiles légers réfractaires au plus élémentaire des progrès 2.0 s'imaginent, n'est pas un éternuement de catharreux mais une application de partage de photos en ligne. La particularité amusante de cette application est le caractère éphémère de la visualisation de la photo envoyée aux destinataires. Comme dans Mission impossible, série TV des années 70, où le message envoyé à Mr Phelps s'autodétruisait dans les dix secondes. Mais en moins ringard et plus connecté. Avec Snapchat, je t'envoie une photo de mon cul (ou d'un magnifique coucher de soleil sur un champ de betterave sucrière de la Beauce profonde) mais tu ne pourras pas la voir au delà de quelques secondes. Qu'est-ce qu'on rigole ! A moins que le destinataire n'ait le temps et la présence d'esprit de faire une capture d'écran, et n'inonde le Net avec la photo de mon cul (ou du champ) en question. Qu'est-ce qu'on rigole encore plus !

L’Éducation nationale, dans sa grande largesse d'esprit et son modernisme à tous crins, a donc décidé d'aider les enseignants à accompagner la pratique innovante de Snapchat. Et d'en tirer tous les bienfaits pédagogiques qui, il faut quand même le reconnaître, ne sautent pas immédiatement aux yeux. Surtout ceux du prof classique, rétrograde et déconnecté. D'où le parachutage à Nice, par visio-conférence (on n'arrête pas le progrès !) et en mission évangélisatrice dans le cadre d'EcriTech'6, de Mme Laurence Allard. Maîtresse de conférence en Sciences de la communication, Université de Lille III et Chercheuse à l'IRCAV, Université de Paris III, anthropologue des data (sic), diplomate digitale (re-sic), cofondatrice de l'Association Citoyens Capteurs (re-re-sic)..., les titres de noblesse lui collent à la peau comme des morpions sur les roustons d'un SDF.

Laurence Allard, pour te situer son Éminence, c'est quand même quelqu'un qui a pondu sans rire des machins aussi prépondérants que « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups... : de quelques agrégats technoculturels à l'âge de l'expressivisme généralisé » ou bien « Express yourself 3.0 ! Le mobile comme média de la voix intérieure - Entre double agir communicationnel et continuum disjonctif soma-technologique ». Membre à temps plein de cette caste d'intellos connectés, si ce n'est à la vrai vie, du moins à leurs machines.

Le visage déformé sur écran géant par une web cam pixellisée des années 90, le débit haché par une connexion de 56 ko/s, la Grande prêtresse des nouvelles technologies et de Snapchat devant l'éternel peut commencer son topo. L'assemblée d'EcriTech'6 retient son souffle.

A suivre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JC 17/10/2016 10:42

Terrifiant !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents