Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel beau métier, professeur !

Quel beau métier, professeur !

La face cachée du beau métier d'enseignant, en direct live d'un collège niçois. Plongée sans concession dans le monde merveilleux du collège inique (ta mère).


J'ai vu l'EPI

Publié par Bob Leprof sur 26 Septembre 2016, 17:00pm

Usine à gaz du XXI° siècle

Usine à gaz du XXI° siècle

Les EPI, le nouveau dispositif à la mode de l'Education nationale version Vallaud-Belkacem, n'est pas qu'un acronyme de plus, loin de là. Ces « Enseignements Pratiques Interdisciplinaires » sont en effet la pierre angulaire de la réforme qui va révolutionner la pesante machine éducative et hisser vers les sommets les hordes de sauvageons qui s'ennuient au collège (« Les élèves s'ennuient. Il faut réveiller leur appétence », Najat Vallaud-Belkacem, 11 mars 2015).

Pour cela, fini le bête travail à l'ancienne, vive l'innovation ! « Tout le monde s'accorde à dire que les élèves travaillent de façon trop solitaire. Eh bien, les EPI feront la part belle au travail d'équipe, à l'expression orale, à la conduite de projet… » (Najat Vallaud-Belkacem, JDD 10 mai 2015).

Deux à trois heures hebdomadaires sont ainsi consacrées, depuis la rentrée de septembre 2016, à ces EPI. Heures prélevées bien entendu sur les cours traditionnels, donc principalement sur le français et les maths, les fameuses matières traditionnellement ennuyeuses. Les élèves ne devraient plus perdre leur temps, pendant ces deux ou trois heures, à apprendre à lire, écrire ou compter (activités rétrogrades et bien peu appétentes) mais à développer des projets foutrement concrets et en équipe.

Afin de bien comprendre de quoi l'on parle, le mieux est encore d'assister à l'un de ces fameux EPI, ce que j'ai fait pour vous. En l'espèce, l'EPI "Langues et Cultures de l'Antiquité », celui-là même qui a été présenté comme devant lutter contre l'abandon progressif du latin et du grec (un EPI d'excellence, donc !). (« Aujourd'hui, le latin et le grec sont suivis, en option, par seulement 18 % de collégiens. Nous allons les réintégrer dans les 26 heures d'enseignement obligatoire, au sein de l'EPI "Langues et Cultures de l'Antiquité », Najat Vallaud-Belkacem, JDD 10 mai 2015).

L'EPI en question est intitulé de manière très (trop ?) enthousiaste « C'est mythique ! ». Appellation branchée, susceptible de faire penser à un site de rencontres et de nature à faire appel de manière efficace et subtil au vécu supposé de l'élève.

Nous voici ici en présence d'un projet ambitieux (forcément) consistant à travailler avec le professeur de français, pardon, de lettres, puis celui de musique, pardon, d'éducation musicale (d'où le côté « interdisciplinaire ») sur quatre expressions du langage courant (d'où le côté « pratique ») mais issues de la mythologie (d'où le côté « Antiquité »). Pas de latin ni de grec, donc, mais il n'y a pas que ça dans la vie. Un produit fini, sous forme de représentation théâtrale et musicale, sera présenté aux autres classes de 5° à l'issue de ce projet de huit heures. J'ai hâte.

Mais, en attendant ce spectacle qui s'annonce d'ores et déjà haut en couleurs, place à la première séance.

La mise en place n'est pas à franchement parler un modèle du genre. C'est même franchement le bordel. Il faut dire que l'organisation de ces EPI étant un véritable casse-tête question emploi du temps, le professeur concerné (qui plus est stagiaire, donc sans formation) se retrouve non pas face à ses élèves habituels mais face à ceux d'un collègue (qui, lui même, interviendra devant une autre classe que la sienne). C'est peut-être un détail pour l'administration mais, pour le collègue en question, ça veut dire beaucoup. Absence de cadre et de règles, qu'il s'évertuait pourtant à mettre en place depuis la rentrée ? Peu importe, pourvu qu'on ait le côté pratique et innovant ! Et tant pis s'il a fallu un quart d'heure pour placer et faire asseoir en silence vingt-quatre gamins.

Quant aux expressions proposées (« avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête », « avoir un talon d'Achille », « être dans les bras de Morphée », « passer de Charybde en Scylla »), elles ne semblent pas particulièrement allumer des étincelles d'intérêt dans les yeux blasés de jeunes ados lobotomisés à coups d'iphone, tablettes et autres consoles. A noter que je ne suis pas, à titre personnel, vraiment convaincu du caractère « courant » de ces expressions, notamment la dernière. Mais cela n'engage que moi, même si ça me fait pour une fois un point commun avec les petits sauvageons.

La séance 1, animée par le professeur de français, a un objectif simple, réaliste et mesurable : rechercher, dans le dictionnaire et le sacro-saint Wikipedia, une définition pour chacune de ces expressions. A raison de quatre groupes de six élèves, cela fait donc une expression par groupe et 1/6 ième d'expression par élève, à rechercher en une heure. C'est qu'on est ambitieux, dans le collège de 2016 ! Avec, pour les plus avancés (toujours ce soucis constant de tirer l'ensemble vers le haut), la possibilité de relier cette expression avec une histoire tirée de la mythologie. Mais là, c'est vraiment du bonus.

Résultat des courses : deux groupes ont – péniblement – rempli leur objectif. Ce qui revient à dire, si l'on se réfère à une lecture un peu moins gouvernementale des résultats, et considérant que seulement deux ou trois élèves par groupe étaient réellement « impliqués » dans cette recherche novatrice, que 80% des élèves n'ont rien branlé.

Cependant, que Mme Vallaud-Belkacem se rassure, personne ne s'est ennuyé et l'interdisciplinarité a constamment été à l'honneur. J'ai pu ainsi observer des concours de tatouage au feutre ma foi forts innovants (arts plastiques), des exercices de comparaison de la pointure des baskets faisant intervenir des notions mathématiques concrètes, des études de trajectoire relative à des jets de gomme (programme de physique) ainsi qu'une invitation cordiale à niquer sa mère faisant appel à des notions du programme de SVT (chapitre éducation sexuelle), ces dernières notions cependant encore en cours d'acquisition.

A bientôt pour la phase 2 de ce projet innovant, la mise en musique...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Dupuy 18/10/2016 19:20

C'est quand même pour des conneries pareilles qu'on nous sucre la bilangue, 1/2h hebdomadaire de LV2 et la totalité des sections européennes !!! Merde !!!

France S 18/10/2016 11:50

ces nouvelles matières, soi disant "révolutionnaires", n'apporteront pas grand chose dans la transmission d'un meilleur savoir

Val 17/10/2016 10:51

Quel vide intersideral, ces Epi !

Chris tiane 17/10/2016 10:49

J'ai adoré l'article !

marie tudor 17/10/2016 10:47

quel malheur de vivre cela !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents