Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel beau métier, professeur !

Quel beau métier, professeur !

La face cachée du beau métier d'enseignant, en direct live d'un collège niçois. Plongée sans concession dans le monde merveilleux du collège inique (ta mère).


Numérique ta mère - 8 -

Publié par Bob Leprof sur 16 Mai 2016, 16:00pm

(Le numérique à l'école : chronique d'une catastrophe annoncée)

Episode précédent

Numérique ta mère - 8 -

L'ENT, une sensation étrange d'éparpillement mental et de néant intellectuel qui durent parfois l'heure entière. Mais, attention, au sein du cadre protecteur et stimulant de l'Education nationale, ce qui change tout.

Toujours en ce qui concerne les pratiques actuelles, l'ENT (ou Espace Numérique de... Travail, si, si) s'est enraciné depuis quelques années dans le paysage numérique scolaire français. Un espace individualisé, protégé par mot de passe, où chaque élève et famille ont accès, à partir de n'importe quel ordinateur (donc aussi bien du collège que de la maison), à une plate-forme. Entre autres services offerts par cette dernière, la liste des devoirs (cela fait déjà de nombreuses années que les élèves n'ont plus de cahier de textes pour noter cela), le relevé de notes, des absences et des punitions, le menu de la cantoche, une messagerie pour envoyer des devoirs aux profs, plus quelques ressources fort utiles telles qu'un dictionnaire en ligne ou l'accès aux ressources du CDI...

Toutes ces données personnelles étant classées ultra-sensibles et secret-défense, l'Académie, (ir)responsable de cet ENT, a fourni à chaque utilisateur un mot de passe sophistiqué et inviolable contenant la totalité des signes que le génie humain a pu concevoir : lettres, chiffres, caractères spéciaux, pour un total de dix (10) signes en tout, ni plus ni plus. Du style 15&fd*g74#. Avantage : aucun acte de piratage n'a encore été à déplorer, Dieu soit loué. Inconvénient : il est impossible pour le minuscule cerveau d'un collégien moyen de mémoriser ce mot de passe. Résultat : dès que le papelard distribué en début d'année et contenant le précieux sésame est paumé (ce qui est dans l'ordre des choses, nous parlons de collégiens, ne l'oublions pas), c'est le bordel. Sans parler des petits malins qui modifient régulièrement leur propre mot de passe (comme on leur a judicieusement conseillé de le faire, toujours en vue de lutter contre le piratage) et qui finissent par se mélanger les pinceaux (ce qui est dans l'ordre des choses, nous parlons de collégiens, ne l'oublions pas). Et, encore une fois, c'est le bordel.

Une fois les basses contingences matérielles liées à ce mot de passe réglées, au bout de quelques mois quand même, place au travail, raison principale de cet espace, ne l'oublions pas. Et là, c'est toujours un réel émerveillement que d'observer (à leur insu, pour une plus grande véracité) les pratiques de ces petits utilisateurs élevés à la sauce Bill Gates depuis leur plus tendre enfance : papillonnage sans but apparent, au gré de clics incertains, de bulletins de notes en relevés de punitions, tous vus, revus et rerevus. Une sensation étrange d'éparpillement mental et de néant intellectuel qui durent parfois l'heure entière. Mais, attention, au sein du cadre protecteur et stimulant de l'Education nationale, ce qui change tout.

Au fait, quand donc commence ce fameux (fumeux) travail ? C'est là qu'entre curieusement en scène la messagerie (webmail), par un détournement aussi habile que fréquent de son usage. Usage qu'il est toujours instructif d'observer. Généralement, après quelques formules de politesse de bon aloi (bjr fass de cu, par exemple), l'utilisateur entre dans le vif du sujet : « tu vien a la maison apres ? » ou, pour les plus curieux (j'allais dire sérieux), « c koi les devoir ? »

Il est curieux de noter que, bien souvent, le destinataire de ces messages n'est autre que le copain ou la copine assis devant l'ordinateur voisin, à quelques centimètres donc. Volonté fort honorable de communiquer sans déranger les autres camarades présents, vraisemblablement. Remarquons également que le deuxième cas (celui des devoirs) donne lieu à un double détournement de l'usage de cette messagerie : communication virtuelle avec quelqu'un de physiquement présent (en augmentant ainsi les chances d'être compris) et demande d'informations (les devoirs) qui se trouvent précisément sur l'espace numérique en question (où l'on pourra toujours vérifier la véracité des réponses ensuite. Ou pas). Double détournement pour deux fois plus d'efficacité, le progrès est en marche, vive le progrès !

(A suivre)

Exemple d'utilisation de la messagerie de l'ENT, dans le cadre d'un travail collectif sur la laïcité

Exemple d'utilisation de la messagerie de l'ENT, dans le cadre d'un travail collectif sur la laïcité

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents