Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel beau métier, professeur !

Quel beau métier, professeur !

La face cachée du beau métier d'enseignant, en direct live d'un collège niçois. Plongée sans concession dans le monde merveilleux du collège inique (ta mère).


Numérique ta mère - 4 -

Publié par Bob Leprof sur 21 Avril 2016, 17:30pm

(Le numérique à l'école : chronique d'une catastrophe annoncée)

Episode précédent

Le ver est déjà dans le fruit

Afin de bien savoir de quoi l'on parle lorsque l'on évoque la révolution numérique scolaire, et alors que l'informatisation des établissements n'en est encore qu'à ses balbutiements (le but étant d'arriver à faire bien pire), voici un descriptif des pratiques en cours telles que j'ai pu les observer au quotidien.

Numérique ta mère - 4 -

Premier constat : les élèves qui veulent des documents pour faire un exposé se précipitent immédiatement et exclusivement sur les ordinateurs. Réflexe pavlovien tout à fait compréhensible : tel le chat qui bave devant ses croquettes, l'élève survit grâce à un téléphone, un smartphone, une tablette, un ordinateur ou tout ce que tu veux de technologique, pourvu que ça soit connecté. Mes prêches radotés en boucle sur l'attrait du livre, la pertinence et le niveau des informations qu'il contient, la qualité des illustrations, le côté pratique de la table des matières pour trouver rapidement l'information idoine, etc, etc... me font passer, au mieux, pour un gentil hurluberlu d'un autre siècle (j'espère quand même qu'il s'agit du XX°). Au pire, pour un gros con. De toute façon, lorsque j'arrive enfin à installer un élève devant un bouquin (bien souvent plus pour cause de manque d'ordinateurs que grâce à mon pouvoir de persuasion, je dois bien l'avouer), cela donne un résultat assez peu convaincant. C'est à dire, dans l'ordre, du désarroi, de l'agressivité et l'abandon de l'exposé au bout de 5 mn (« c'est bon, j'ai fini »). Pour se plonger illico dans un manga, seule lecture livresque qui trouve encore grâce aux yeux de nos jeunes consommateurs connectés.

Deuxième constat : l'exposé, pour ceux qui se trouvent devant LA source exclusive du savoir actuel (oui, oui, l'ordinateur), se résume alors invariablement à un copié-collé de la page Wikipédia, l'encyclopédie libre qui met la culture à portée de clic. Là encore, oser évoquer la comparaison, le tri, la sélection et la compilation des informations importantes de plusieurs documents ne pèse que peu de poids devant la toute puissance wikipédiesque. J'vais pas me faire chier à chercher ailleurs, tout est là ! Ce qui est assez logique, d'ailleurs.

Du coup, la pertinence et l'apport de ce genre d'outil ne peut que sauter aux yeux, si j'en juge par le résultat de la recherche effectuée par un élève de 5°, hâtivement catalogué « en difficulté » :

En physique, l'espace-temps est une représentation mathématique de l'espace et du temps comme deux notions inséparables et s'influençant l'une l'autre. Cette conception de l'espace et du temps est l'un des grands bouleversements survenus au début du XX siècle dans le domaine de la physique mais aussi pour la philosophie. Elle est apparue avec la relativité et sa représentation géométrique qu'est l'espace de Minkowski ; son importance a été renforcée par la relativité générale.

Je mets au défi n'importe quel sauvageon des années 70/80 de pondre un texte de cette qualité. Alors, bien sûr, restent les quelques scories (liens hypertextes, notamment) qui peuvent encore polluer la recherche et amoindrir la qualité du résultat de cette dernière :

Rembrandt a réalisé près de 400 peintures[2], 300 eaux fortes et 300 dessins. La centaine d'autoportraits qu'il a réalisés tout au long de sa carrière permet de suivre son parcours personnel, tant physique qu'émotionnel. Le peintre représente, sans complaisance, ses imperfections et ses rides. Une des caractéristiques majeures de son œuvre est l'utilisation de la lumière et de l'obscurité (technique du clair-obscur), qui attire le regard par le jeu de contrastes appuyés. Les scènes qu'il peint sont intenses et vivantes.

Heureusement, il reste toujours la possibilité de réécrire, à l'aide d'un clavier (malheureux, tu ne pensais quand même pas à une feuille et un stylo !), cet extrait fortement ampoulé. Cela permet au passage de maquiller l'origine des sources et de donner l'illusion d'un travail personnel :

Ranbrant à réalis près de 400 peintures ,300 eaux forts dessins.la centain d'autoportraits. Il a réalisé tout aux long de sa carrière permer de suivre s'ont parcoure personnel tant physique q'émotionne le peintre représante sans conplaisance ses imperféctions et sait rides.

(A suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chabrol 21/04/2016 23:45

Remarquable la chaîne des humains depuis le singe à 4 pattes, puis progressivement, l'humain se redresse, jusqu'à être bien droit avec un bâton en main; puis le déclin s'amorce, avec le marteau piqueur, pour en arriver a l'humain, ratatiner sur une chaise, devant un ordinateur. La boucle est bouclée. Heureusement, rien n'est perdu, les robots nous remplacent.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents