Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quel beau métier, professeur !

Quel beau métier, professeur !

La face cachée du beau métier d'enseignant, en direct live d'un collège niçois. Plongée sans concession dans le monde merveilleux du collège inique (ta mère).


Brevet des collèges, la lutte contre l’ennui (1)

Publié par Bob Leprof sur 30 Avril 2015, 18:17pm

Tiens, une bonne petite colle pour commencer : quel est le point commun, en rapport étroit avec l’Education nationale, entre les chansons Andalouse de Kendji Girac, Love, love, love de Taïro, et L’Or noir de Kaaris ?

Cette question est curieusement capitale pour l’avenir de nos chères têtes brunes. Têtes brunes plus que jamais au centre du système éducatif, tu vas vite t’en rendre compte. Mais, avant d’y répondre, il serait peut-être bon de s’attarder un brin sur ces trois chansons sus-citées. Tout le monde (moi le premier, avant la semaine dernière) n’ayant pas l’honneur et l’avantage de les connaître, je subodore qu’il en est peut-être de même pour toi.

Andalouse, pour commencer, est une chanson de Kendji Girac, chanteur bellâtre à voix chaude qui fait se pâmer les collégiennes avec son regard de velours et ses paroles enamourées qui te filent des vibrations jusqu’au fin fond du slip. Révélé par la Star Ac’ ou un autre télé-crochet du même tonneau, le passage obligé pour la plupart de ces nouvelles stars jetables.
Voici un extrait d’Andalouse, daube rythmée, sucrée et formatée à souhait, que je te mets au défi de ne pas chantonner l’air béat à longueur de journée, après une simple première écoute :

Toi toi ma belle andalouse, aussi belle que jalouse
Quand tu danses le temps s'arrête, je perds le nord je perds la tête
Toi ma belle espagnole, quand tu bouges tes épaules
Je vois plus le monde autour, c'est peut-être ça l'amour
Oh yé yé yé oh oh oh oh, ma belle andalouse...


Love, Love, Love, ensuite, est une chanson de Taïro, chanteur enfumé de reggae qui, selon Wikipedia, « se sent proche de cette musique car elle porte la parole de ceux qui ne l’ont pas ». En ce qui le concerne, il a bien la parole, même s’il serait parfois préférable qu’il la laisse à d’autres. En l’occurrence, Love, love, love est un reggae-karaoké de Prisunic qui ferait se retourner le grand Bob (Marley, pas Leprof) dans sa tombe, malgré le subtil parallèle, à coups de gros sabots, entre amour et cannabis :

Comment d'une petite graine peut jaillir une telle fleur ?
Elle soigne mes petites peines, elle adoucit les mœurs
Elle m'donne du love love love
Elle m'en fait voir de toutes les couleurs
Elle m'donne du love love love
Elle m'aide à prendre de la hauteur
Elle m'donne du love love love
Elle a pas d'mal à m'emmener ailleurs
Elle m'donne du love love love
Elle m'donne du love love love


L’Or noir, enfin, est une chanson d’un individu nommé Kaaris, débile profond bodybuildé, à casquette, tatouages et chaînes en or. Il s’agit d’un rappeur raciste, sexiste et homophobe (pléonasmes) qui, si l’on en croit ses textes, nique et encule bien fort tout ce qui passe à sa portée. Sa valeur essentielle, revenant en boucle dans son « œuvre », est l’argent sale et facile qui permet de se procurer filles (donc putes), drogues et bagnoles. Un bel exemple pour la jeunesse de nos quartiers, très à cheval sur la liberté d’expression (surtout la leur, d’ailleurs), pourvu qu’on ne touche pas au Barbu. Liberté dont bénéficie curieusement cet homuncule de bas étage, inoculateur (et non pas enculator) de haine et de préjugés sordides.
Exemple de ses textes, piochés au hasard d’une décharge :

J'te nique ta race
j'encule Brandon et Dylan
si ces pédés crament au napalm
tes potes et tes putes
je leur encule leur ass
Chaque jour est une bitch, tu la niques ou tu te résignes
On veut le cash du taulier, on veut grosses chiennes avec colliers
etc, etc…

Faisons une petite pause, le temps de souffler un peu et d’aérer la pièce, avant de se retrouver pour parler d'éducation…

(A suivre...)

Brevet des collèges, la lutte contre l’ennui (1)Brevet des collèges, la lutte contre l’ennui (1)Brevet des collèges, la lutte contre l’ennui (1)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents